"Politique antisociale" de Sarkozy : le Comité riposte s'organise

Publié le par webmaster

Groupés dans le "comité Riposte",  les principaux partis de gauche, à l'exception notable de la LCR et des Verts, signent un appel à lutter contre la "politique antisociale" du chef de l'Etat.

Benoit Hamon (AFP)

Benoit Hamon (AFP)

Six partis de la gauche, réunis au sein d'un "comité Riposte", ont appelé, vendredi 28 septembre, à la mobilisation contre "la politique antisociale" du gouvernement.

La quasi-totalité des partis de gauche, à l'exception des Verts et de la LCR, se sont unis pour former ce comité : le Parti socialiste, le PCF, le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), les Alternatifs, Mars-Gauche Républicaine et Convergence Citoyenne.

Pour le PCF, Olivier Dartigolles a salué cette "première étape dans la riposte" à la droite. Toutefois, il a regretté "bien évidemment que la LCR, les Verts et les radicaux de gauche n'aient pas signé", pour une "raison (qui) nous échappe".

"Regrettable"

Le socialiste Benoît Hamon a jugé pour sa part "regrettable qu'au moins pour exprimer la volonté de s'opposer à Nicolas Sarkozy, il manque quelques signatures".

Dans un communiqué, la LCR a expliqué de son côté que le texte n'était pas "satisfaisant" et avait, au cours de son élaboration, "considérablement régressé" et s'était "appauvri". "En l'état, la LCR ne peut signer ce texte. Une riposte unitaire reste totalement indispensable", a ajouté la formation d'Olivier Besancenot.

Le comité Riposte déclare soutenir "les mobilisations unitaires d'ores et déjà prévues et à venir pour imposer au gouvernement de réelles négociations" sur la politique sociale (retraites, services publics, pouvoir d'achat...).

Les signataires rappellent notamment les actions organisées samedi contre les franchises médicales et annoncent qu'ils seront "au côté des prochaines mobilisations à l'initiative des syndicats pour mettre en échec la politique antisociale de la droite".

Plusieurs syndicats des transports et de l'énergie ont appelé à une "journée de mobilisation et de grève" le 18 octobre pour défendre les régimes spéciaux de retraite.

Le "collectif Riposte", créé en 2006 dans la foulée du mouvement contre le CPE (contrat première embauche) et resté en veilleuse depuis, a été réactivité le 18 septembre après le discours de Nicolas Sarkozy sur les réformes sociales. 


NOUVELOBS.COM | 28.09.2007 | 17:14
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article