Bayrou: le budget 2008 sera "nécessairement un budget de rigueur"

Publié le par webmaster

PARIS (AFP) — François Bayrou a affirmé mercredi que le budget 2008 serait "nécessairement un budget de rigueur, qu'on l'annonce ou qu'on ne l'annonce pas".

"La réalité rattrape toujours la fiction", a déclaré M. Bayrou sur RMC-BFM TV. "Les illusions, ça ne tient pas: on fait beaucoup de promesses, on fait rêver les électeurs et puis le moment vient où on est obligé de faire face aux réalités".

"La situation de la France est telle que le premier ministre a été amené à dire que l'Etat est +en faillite+", a-t-il ajouté, soulignant "la contradiction très forte" entre cette situation et "les choix qui ont été faits au début" du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Ils ont été faits "comme si tout allait bien et comme si on pouvait multiplier les cadeaux fiscaux en direction de ceux qui étaient déjà les plus favorisés dans notre pays", a poursuivi M. Bayrou.

"J'aurais préféré de beaucoup que l'on fasse en sorte que le pays prenne conscience plus tôt de la situation réelle du déficit et de la dette", pour que l'on ait "une politique courageuse" pour "remettre en ordre notre maison", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur la défiscalisation des heures supplémentaires, le député des Pyrénées-Atlantiques a estimé qu'elle "se révèlera au bout du compte une illusion parce que tout le monde n'y a pas accès".

Certains, a-t-il expliqué, "peuvent faire des heures supplémentaires parce que leurs entreprises se portent bien et il est légitime qu'ils en fassent, mais leurs voisins" employés dans des entreprises en difficulté, "eux, vont devoir payer (des impôts) sans diminution".

"Faire des cadeaux fiscaux à ceux qui peuvent les recevoir et ne pas en faire aux autres, de manière que la charge va être injustement répartie, cela ne me paraît pas l'orientation à privilégier", a-t-il déclaré.


Le plus drôle c'est que le nouveau centre : ceux qui ont laché Bayrou  pour se rallier à Sarkozy commence à s'agiter, et envisagent de ne pas voter le budget entre autres.  
Ils commencent peut-être à craindre les conséquences sur leur prochaine réelection aux municipales et le retour dans leur terre de députés le week end ne se passe plus avec les félicitations de leurs électeurs ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article