Delanoë? Un patron de PME

Publié le par webmaster

Avec France Inter, la chronique de Bernard Maris, journaliste et écrivain. Le libéralisme de Delanoë est-il compatible avec son socialisme, ou le maire de Paris frôle-t-il la schizophrénie?

 

Libéralisme et socialisme peuvent-ils se marier en politique ou en économie ?
« Je suis un libéral, je suis un manager, un entrepreneur » clame Bertrand Delanoë et aussitôt Ségolène Royal s'exclame : « Au XXI° siècle, être libéral et socialiste c'est totalement incompatible » et elle ajoute « le libéralisme c'est le mot de nos adversaires politiques, un terme synonyme de capitalisme débridé, d'écrasement des bas salaires et de creusement des inégalités ». Ce à quoi Bertrand Delanoë répond à son tour : je parlais plutôt de libéralisme politique. Aux Etats-Unis, en effet, le qualificatif de libéral est réservé à la gauche, aux progressistes. Mais appelons un chat un chat : le libéralisme, c'est le marché et la libre circulation des denrées et des hommes.

Le libéralisme français est une abolition des règles et des barrières

Le libéralisme français est aussi un anti corporatisme, avec le décret d'Allarde et la loi Le Chapelier, deux textes révolutionnaires. Le premier abolit les corporations, les jurandes, les guildes, les réglementations tatillonnes des corps de métiers, le second punit pénalement le délit de coalition (interdit concrètement les syndicats et les droits de grève). Au départ, donc, le libéralisme est une abolition des règles et des barrières.
Cependant ce n'est pas l'anarchie, au contraire, car l'Etat est là, il est fort, c'est l'Etat-gendarme, un état sévère qui punit toute entorse à la liberté économique, qui réprime les grèves et ne protège absolument pas les salariés. Tout va changer avec les deux guerres, qui sont les grandes accoucheuses de l'Etat moderne, un état social et protecteur, l'Etat-providence, sérieusement malmené aujourd'hui.
Mais à côté de cela, nombre d'entrepreneurs réclament une intervention publique… Non pas pour soutenir les salariés, mais au nom des grands travaux, de la recherche, du progrès, mais ils ne remettent absolument pas en cause la liberté d'entreprendre. Cette république des grands managers libéraux paraît aujourd'hui un mythe dans la mesure où les grandes entreprises ne sont plus liées à la nation. Le libéralisme de Bertrand Delanoë, patron d'une grosse, très grosse PME, serait-il celui des PME ? Là, pour le coup, il rejoindrait le gouvernement.

La phrase du jour :
« Laissez-faire, laissez passer » (Vincent de Gournay 1752)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article