IMPOTS, CARBURANTS.Retour de l' Ancien Régime

Publié le par webmaster

c'est officiel: en France, plus on est riche, moins on paye d'impôt sur le revenu! Ce fait, dénoncé depuis longtemps par Marianne, est devenu une vérité de la République, validé par

la publication du rapport de la commission des Finances de l'Assemblée nationale sur les

« niches fiscales ».

Ces fameuses « niches » représentent aujourd'hui pour l'Etat un manque à gagner de 73 milliards d'euros, contre une cinquantaine en 2002. Voilà qui en dit déjà long sur la gestion des gouvernements successifs. Mais le pire, c'est qu'à force de dégrèvements et autres crédits d'impôt les plus riches des Français parviennent à s'affranchir de la contribution commune, au sens de l'article 13 de la Déclaration des droits de l'homme  et du citoyen.

Selon le rapport du député socialiste Didier Migaud et de son collègue UMP Gilles Carrez, les 1 000 premiers bénéficiaires des niches fiscales, dont , le revenu annuel moyen atteint 1,2 million, ne payent que 100000 d'impôt en moyenne là où ils devraient en payer 400000.

Pis encore, 150 d'entre eux n'acquittent aucun Iimpôt! Certains perçoivent même un chèque u Trésor!

Contrairement à l'engagement de 1789, quand on est très riche en France, on ne contribue pas « à raison de ses facultés ».! Comme sous l'Ancien Régime, une poignée d'aristocrates parviennent à se dégager de l'impôt citoyen. Pour une poignée de privilégiés, l'impôt progressif devient régressif.

Et que dire de l'attitude de l'Etat devant Total ? On a vu un ministre de la République remercier le groupe pétrolier pour « sa contribution » volontaire « de 30 à 40 millions d'euros » au financement de la « prime à la cuve », versée aux ménages non imposables se chauffant

au fioul. Faute d'avoir le courage de taxer une part réellement significative des 12 milliards d'euros de super bénéfices de Total, l'Etat en vient  à lui demander  l'aumône, comme le roi de France suppliait le clergé réputé « exempt d'impôt » de lui faire un « don gratuit ».

Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, ne voit aucun inconvénient à ce privilège d'un

nouveau corps, celui des pétroliers.

Pendant ce temps, le tiers état, celui des particuliers ou celui des petites entreprises, paye l'impôt. Comme avant la Révolution ? .

Hervé Nathan-Marianne

Commenter cet article