Eric Woerth croit encore aux mutuelles Père Noël

Publié le par webmaster

Ce matin sur RTL, le ministre du Budget a tenté de rassurer les patients sur le déremboursement des médicaments pour les affections de longue durée : les gentilles mutuelles s'occuperont de tout !



Dérembourser de 65% certains médicaments pour les patients atteints d'affections de longue durée (ALD), actuellement pris en charge à 100% par la sécurité sociale : l'idée, lancée hier comme si de rien n'était par le directeur de la Cnam (Caisse nationale d'assurance maladie) Frédéric van Roekeghem, a bien évidemment déclenché ce que les journaux appellent une « vive polémique ». Un vrai bordel, en fait. D'autant qu'hier soir sur France 2, Roselyne Bachelot en rajoutait en estimant que cette proposition « méritait d'être étudiée ». Du coup, ce matin, sur RTL, Eric Woerth, ministre du Budget, se voulait rassurant. Mais même s'il a fait mine de faire machine arrière, il a en fait bel et bien enfoncé le clou.

Nouveau concept : les mutuelles au grand coeur

Ainsi, le ministre a-t-il expliqué, en préambule, que seuls les médicaments qui « ne sont pas liés directement » à l'affection dont souffre le patient, les médicaments « de confort, d'accompagnement », étaient concernés. Sans préciser où commence le confort - là où s'arrête la douleur, peut-être ? Puis, Eric Woerth a promis que cette mesure « ne change rien pour le patient » : « les mutuelles prendraient le complément, donc le malade serait bien remboursé à 100% ». Il s'agit d'un simple « transfert entre l'assurance maladie et la mutuelle », « l'assuré social ne verrait pas la différence » a martelé le ministre du Budget. Oubliant au passage que 8% de ces patients n'ont pas de mutuelle !
Quant aux mutuelles, Eric Woerth assure, juré craché, qu'elles n'en augmenteraient pas pour autant leurs cotisations. D'où tient-il une telle certitude ? Pas des mutuelles, puisqu'il précise qu'« il faut en discuter avec elles ». De sa foi dans le grand cœur des complémentaires santé, sans doute !


Mercredi 25 Juin 2008 - 13:07
Bénédicte Charles

Commenter cet article