Congrès du PS : le bal des contributions se clôt!

Publié le par webmaster

Intro de la rédaction du Post (http://www.lepost.fr) : Le Parti socialiste clôt ce mercredi la première étape de préparation de son congrès avec le dépôt officiel des "contributions", des textes d'orientation très généraux qui doivent permettre d'émerger, lors du congrès de Reims de novembre, une ligne idéologique pour le PS.

Ces dernières semaines ont été mouvementées pour le PS. Chacun a déposé sa contribution. A défaut d'être le principal parti d'opposition, ses leaders ont donné de la voix...pour mieux couvrir celles de leurs voisins!

Retour sur le bal des différentes contributions déposées, première danse vers le congrès du PS!


Un logo du PS.
Un logo du PS.

1) Le congrès à la sauce Fabius : à gauche toute !

Le député PS de Seine-Maritime, Laurent Fabius, a présenté mardi 24 juin, sa contribution au congrès de Reims en novembre, intitulée "reconstruire à gauche", qui prône un "socialisme solide, crédible, audible" avec une forte présence de la puissance publique.

M. Fabius a exposé ses idées lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale, entouré de ses amis, dont le président de la commission des finances Didier Migaud. 

2) Les barons socialistes = les casques bleus du PS?

Gérard Collomb, le maire de Lyon, Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches-du-Rhônes et Manuel Valls, le député-maire d'Evry ont présenté ensemble leur texte : la ligne claire. Cette alliance inhabituelle de "barons locaux" se situe sur la ligne réformiste et tape fort sur "la rue de Solférino" et les "présidentiables"

Ils exhortent le parti "à faire sa mue intellectuelle pour que le prochain candidat à la présidentielle puisse faire des propositions crédibles", explique le sénateur-maire de Lyon. "Si le PS ne devient pas clairement réformiste, il laissera de l'espace à gauche à Besancenot car l'extrême-gauche est toujours plus efficace dans la protestation, et à droite à François Bayrou, qui va finir par incarner le réformisme", a analysé le "centriste" Collomb.
Si ces hommes d'appareil, tous des élus locaux -dont la voix porte peu rue de Solférino- sont décidés à sortir du bois, c'est pour "sauver" le parti. "Le PS est en danger, il n'y a aucune ligne crédible, des divisions, des combats de chefs. Je m'inquiète de la capacité du PS à être crédible alors que nous gérons la majorité des régions, des départements et de nombreuses villes", gronde le Marseillais Guérini.

3) La revanche de la dame aux 35 heures...

Mercredi 25 juin, Martine Aubry, a livré sa "vision" de l'avenir du monde, du pays et du PS dans sa contribution intitulée "Une vision pour espérer, une volonté pour transformer". La maire de Lille, qui souhaite "restaurer les valeurs historiques du socialisme" avait choisi le Café Rouge, à Paris, pour présenter la "contribution nationale des fédérations du Nord et du Pas-de-Calais", selon les termes de Pierre Mauroy, assis à sa droite.

Pour son texte, Mme Aubry a opté pour le grand angle. Son texte balaie une vingtaine de thèmes - de l'école aux institutions en passant par la famille, l'immigration, l'économie, l'entreprise, l'Europe et les pays du Sud. "Avec cette contribution, on ne gèle rien, on ne neutralise personne, on s'ouvre au maximum", justifie François Lamy, député (PS) de l'Essonne, proche de la maire de Lille.

Mme Aubry veut restaurer "un socialisme joyeux", uni par "un pacte de confiance" et représentant "la majorité la plus large possible". Elle refuse toujours de se prononcer sur sa candidature à la succession de François Hollande. En revanche, elle s'est déclarée prête à faire partie de "l'exécutif resserré" qui devra, estime-t-elle, "animer le parti" après le congrès de Reims.

4) La "révolution" (permanente?) de Ségolène Royal

Ségolène Royal, s'est placée, lors de la présentation de sa contribution "Combattre et proposer", samedi 28 juin, à la pointe du combat anti-gouvernemental, et a transformé la présentation de son texte en "premier grand rassemblement contre la politique" de Nicolas Sarkozy.

A Paris, devant plus d'un millier de militants survoltés scandant son prénom, l'ancienne candidate à la présidentielle a fustigé les projets du gouvernement, notamment "l'insupportable perspective" de la privatisation d'Areva et EDF, ou la réorganisation de l'audiovisuel public. Remerciant les "plus de 3.000" personnes "coauteurs de cette contribution" sur son site web, elle a appelé à un congrès "utile et serein" et décliné les sept "piliers" de son texte.

Le numéro deux du PS et maire de Dijon, François Rebsamen, a résumé les "quatre révolutions du texte": "mettre l'économie au service de l'homme, faire la révolution écologique, mettre en place un Etat préventif et la révolution démocratique jusqu'au bout". La contribution prône notamment une "révolution fiscale", avec prélèvement à la source et fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG ou encore la suppression des niches fiscales.

Se voulant rassembleuse et consensuelle pour le PS, Ségolène Royal a d'ailleurs invité les membres du PS "à (la) rejoindre et à se rassembler. Ils seront les bienvenus le moment venu".

5) Une contribution fantôme pour le maire de Paris?

Alors que les médias font de Bertrand Delanoë le grandissime "favori" pour reprendre la tête du PS, sa contribution n'a pas ému grand monde... Pour cause, celle-ci a été simplement mise en ligne
ici lundi 30 juin. Intitulée "clarté, courage, créativité ", cette contribution de 20 pages a pour sous-titre "choisir maintenant pour agir demain".
Bertrand Delanoë propose notamment que "la France atteigne un investissement dans la recherche correspondant à 3% du Produit intérieur brut". Pour cette proposition de "15 milliards d'euros par an", il suggère de supprimer "le paquet fiscal de Nicolas Sarkozy". Se posant en "défenseur de l'Etat bien géré", il souhaite également pour donner des moyens au service public de "taxer" stock-options et "distributions gratuites d'actions".
Affirmant qu'il ne laissera "pas tomber l'Europe au nom du socialisme", il se revendique "socialiste et européen" et souligne que leur contribution sera "de manière indissociable, socialiste et écologiste".

6) La contribution du mouvement hétéroclite des Reconstructeurs

Les strauss-kahniens et les amis d'Arnaud Montebourg ont présenté dimanche 29 juin leur contribution menée par Pierre Moscovici, qualifiée de "discours de la méthode" pour les prochaines échéances électorales. Le député du Doubs, candidat au poste de premier secrétaire, a voulu présenter un texte qui soit "une vraie force" pour "proposer un chemin pour gagner en 2012" en évitant trois "écueils": "présidentialisation du parti, (...) immobilisme et combinaisons".

Cette contribution, intitulée "
besoin de gauche", se veut un "premier rassemblement" et non un "catalogue". Elle n'est "pas le pré-programme d'un présidentiable", mais veut "proposer une cohérence", a-t-il souligné.
Pour le député Arnaud Montebourg, cette contribution est "la feuille de route de la mutation du parti socialiste".
"Nous voulons un contrat de gouvernance avec un plan de travail, des tâches extrêmement précises et non pas un vague blanc-seing pour une équipe", a déclaré le député Jean-Christophe Cambadélis, qui a qualifié le PS de "coordination de barons, et une coordination de barons ça ne fait pas un parti".
François Hollande

7) François Hollande, le sortant
Le numéro un du PS, propose dans sa contribution, intitulé "Donner une cohérence à la gauche et un espoir à la France", de fédérer la gauche pour choisir un candidat commun au 1er tour de la présidentielle et "gagner, enfin en 2012".


8) L'aile gauche du parti
Elle présente plusieurs textes (Henri Emmanuelli et Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Paul Quilès et Marie-Noëlle Lienemann, Marc Dolez).

9) Autres contributeurs:
Le rénovateur Gaëtan Gorce, Marylise Lebranchu (proche d'Aubry), le pôle écologique.
Des textes thématiques sont aussi présentés. Il y en avait "302 au Congrès du Mans!", en 2005, rappelle le PS.


Prochain tour de piste à la Rochelle... avant la clôture du bal à Reims?

Publié dans L'avenir du PS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MKL 26/07/2008 19:41

J'ai lu la plupart des contributions (ce que je conseille à tout le monde de faire). Elles vont toutes à peu près dans le même sens : replacer "l'Homme" au centre d'une société plus démocratique et égalitaire, et d'une économie régulée respectueuse de notre éco-système. Ok, je pense que nous sommes tous d'accord là-dessus, mais concrètement, on fait comment?Et là ça devient très flou, quelques pistes et orientations, mais surtout beaucoup de belles envolées lyriques et de voeux pieux qui risquent de ne pas déboucher sur grand-chose...Une contribution a cependant retenu mon attention, celle de Nouvelle Gauche: une analyse de la situation précise et chiffrée assortie de propositions très novatrices mais tout-à-fait réalisables pour la France et l'Europe car basées sur des expérimentations réussies.C'est la seule (sauf erreur de ma part) qui a une vraie solution pour s'attaquer de front au fléau n°1 qui ronge notre société depuis 25 ans: le chômage et la précarité de masse, dont découlent bon nombre d'autres problèmes : explosion des déficits sociaux, stagnation des salaires, baisse des retraites, consommation et croissance en berne, détérioration des rapports familiaux et humains en général, augmentation de la violence et délinquance (même si ce n'est pas la seule cause) etc...Et le pire c'est que cette solution est expérimentée depuis 15 ans dans 400 PMEs en France et que ça fonctionne parfaitement => plusieurs milliers de CDI créés sans 1 centime d'augmentation de la masse salariale ni des impôts des contribuables...Le ministère du travail a même effectué une étude de cette expérimentation et la généralisation de ce concept permettrait de créer au minimum 1600000 emplois en quelques années!Jetez-y un oeil ça vaut franchement le coup.http://nouvellegauche.fr