De la flotte à l’allégresse

Publié le par webmaster

La journée des 400 ans de Québec a commencé dans la flotte, mais s’est terminée dans l’allégresse. Indisposés par la pluie matinale et pressés par l’horaire, les dignitaires invités pour cette fête du 3 juillet ont renoncé à assister au spectacle commémoratif devant le parlement. Dommage pour eux, car ils ne sauront jamais ce qu’ils ont manqué.

La présidente du Poitou-Charentes, Ségolène Royal, la cheffe du Parti québécois, Pauline Marois, et le chef Max Gros-Louis ont été les seuls à laisser tomber les mondanités et à braver les risques d’orages pour voir cet excellent spectacle signé Pierre Boileau. La population a aussi répondu à l’appel : le site du parlement était bien rempli et devait contenir 15 000 personnes même si l’événement a été décalé d’une heure trente.

Ce spectacle commémoratif aurait sans doute donné une meilleure opinion de Québec aux dignitaires étrangers, qui ont pataugé dans les flaques d’eau et revêtu des sacs en plastique une bonne partie de la journée. Dans 100 ans, les photos protocolaires du 3 juillet 2008 feront sûrement rigoler les gens qui voudront en apprendre davantage sur cette fête historique. On comprendra d’un coup d’œil que la journée a été bien arrosée.

La pluie s’est invitée à la fête dès 8h15, à la fin du déjeuner du maire Régis Labeaume, qui a attiré beaucoup de citoyens et plusieurs manifestants syndiqués de la Ville. Mais le pire de la tempête a malheureusement eu lieu pendant le salut à Champlain et le défilé militaire, qui ont duré plus d’une heure.

Une heure "longue"

Une heure qui a dû paraître bien longue aux premiers ministres français, canadien et québécois, à leurs épouses et aux autres dignitaires, exposés à une pluie diluvienne pendant tout ce temps. Il semble que la Société du 400e ait décidé de ne pas poser d’auvent au-dessus de l’estrade des dignitaires par souci d’économies. On a préféré offrir des parapluies. Résultat : le premier ministre français François Fillon a dû revêtir plusieurs couches de sacs pour se protéger et son épouse s’est même couvert les jambes d’un parapluie pour donner une chance à ses souliers.

Au moment du défilé militaire sur la rue Saint-Louis, vers 11h45, les visages étaient longs. Mais selon le maire de Québec, Régis Labeaume, il semble que la bonne humeur soit revenue pendant le dîner au Château Frontenac. «On n’est pas faits en chocolat! Les femmes ont réajusté leurs mèches et tout le monde a rigolé de se voir aussi détrempés. On avait imaginé d’autres sortes de photos, mais que voulez-vous...», a-t-il dit au Soleil.

Mais tout de même. La grande majorité de ces invités spéciaux ont accueilli avec soulagement l’idée de laisser tomber le spectacle en plein air sous de gros nuages gris au profit des réceptions prévues en soirée. Les 700 places réservées pour eux dans les estrades ont donc été offertes aux personnes qui les accompagnent à Québec parce que l’endroit était encore sous haute surveillance et qu’il aurait été impossible d’y faire entrer le public régulier à si courte échéance, a expliqué la Société du 400e. Les dignitaires pourront toutefois se reprendre aujourd’hui si le cœur leur en dit.

Un spectacle attendu

Et ils devraient franchement répondre favorablement à cette invitation. Car les Dufresne, Dubois, Pagliaro, Vigneault, Charlebois et autres vedettes d’ici et d’ailleurs qui montent sur la superbe scène du parlement leur donneront une idée précise du talent québécois. Et que dire de l’excellent Yves Jacques, qui campe le personnage de Champlain à la perfection. Ce spectacle est celui que tout le monde attendait depuis le 31 décembre 2007 et qui nous est enfin offert en cadeau.

Étrangement, les nuages se sont dispersés au fur et à mesure que les chanteurs nous transportaient dans leur monde. Après la tourmente du matin, le ciel s’est finalement éclairci en début de soirée. Un peu à l’image du 400e au fil de la dernière année...


Voyez des images du 3 juillet, d'heure en heure: Album photos

Julie Lemieux in Le Soleil, sur le site Internet http://www.cyberpresse.ca

Commenter cet article