Pour Ségolène Royal, "il y aura un après" congrès

Publié le par webmaster

Ségolène Royal continue sa guerre de mouvement. Trois jours après avoir annoncé que sa candidature à la tête du PS n’était plus un "préalable", elle s’est offert une incursion éclair, hier, sur les terres de Martine Aubry. Sur sa feuille de route, pas de réunion militante ni de rencontre avec les grands élus locaux, majoritairement acquis à la cause de sa meilleure ennemie. "Ce n’est pas facile, ici, de soutenir Ségolène, dit un militant de Désirs d’avenir. Ils sont nombreux, les supporters de Martine. On n’a pas le revolver sur la tempe, mais on n’est pas aidés…"

Roublarde. L’objectif du raid se limite donc à une séance de dédicaces de son livre dans une librairie de Roubaix. L’occasion de soigner à la fois son rapport à la France d’en bas, et ses statistiques : "Pas loin de 40 000 exemplaires vendus !" Mais penser aux ventes n’empêche pas d’avoir du cœur, comme le démontre Ségolène Royal, qui tente de mettre un peu d’ordre juste dans la cohue : "Laissez passer les enfants pour les petits autographes…"

Le sénateur David Assouline, qui l’accompagne, a prévenu : "Il n’y a aucun territoire interdit. Ici, les gens ont massivement voté pour elle à la présidentielle. Elle est chez elle." [...]

Pour lire la suite de cet article de David Revault d'Allonnes dans Libération, cliquez
.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article