Julien Dray : "Calmez-vous sur Ségolène Royal"

Publié le par webmaster

Le député PS Julien Dray était l'invité des forums de nouvelobs.com ce lundi 13 octobre. A un mois du congrès de Reims, qui devra désigner le successeur de François Hollande à la tête du Parti socialiste, Julien Dray a répondu aux questions des internautes, prenant la défense de Ségolène Royal, dont il a signé la motion.

Qu’avez-vous pensé du show de Ségolène Royal au Zénith ?

"Je préviens tout de suite les internautes avec lesquels nous allons dialoguer : calmez-vous sur Ségolène Royal, sinon je vais être obligé de faire une défense 'à l’italienne'. Je me pose d’ailleurs la question depuis déjà un certain temps : pourquoi tant d’hostilité de la part de certains ?
"Je trouve juste la phrase qui est dans le Libération d’aujourd’hui. Ségolène est comme les films de Rohmer : les gens qui l’aiment le font sans compter, et ceux qui ne l’aiment pas la trouvent insupportable."
"Quant au Zénith, ne venez pas me demander de critiquer le mélange chanson-politique : ça a toujours existé, et c’est plutôt sympa."

Vous êtes signataires de la motion de Ségolène Royal et pourtant vous avez déclaré être vous-même candidat au poste de premier secrétaire, est-ce normal ?
"Oui, puisqu'elle-même a dit qu'elle n'était pas sûre d´être candidate."
"Je ne serai le candidat de personne - ou plus exactement, je serai celui de tout le monde :-) Mon sentiment reste le même depuis le début : je pense qu´au sortir du vote des militants, il n´y aura malheureusement pas de majorité claire. Si c´est le cas, alors se posera la question de savoir s´il ne faut pas mettre en place une équipe, avec une feuille de route claire, et qui puisse rassembler tout le monde."

Alliance au centre ou alliance à l'extrême-gauche ?
"Pour ce qui est de la LCR, il va falloir qu’elle clarifie sa propre position sur l’exercice du pouvoir. Quant au MoDem, ma position est connue : s’il rompt avec la droite de façon claire et explicite, s’il sort de toutes ses ambigüités, alors tout est possible. (…) Echanger Bayrou contre la gauche, jamais. Mais permettre à des gens de rejoindre la gauche, pourquoi pas ? Pas de sectarisme. (…) Le PS doit être un parti populaire de masse, colonne vertébrale d’une coalition arc-en-ciel, avec un contrat commun de gouvernement et un candidat unique à l’élection présidentielle."

Qu'auriez-vous fait face à la crise financière ?
"Nous aurions attaqué plusieurs problèmes de front. Nous aurions demandé l’organisation d’une conférence monétaire internationale, pour apurer les créances douteuses ; organisé un système de garantie interbancaire, et constitué un fonds de garantie (géré par exemple par le FMI); et surtout, lancé un grand plan de relance adapté à l’échelle de chaque continent, avec notamment en France un grand emprunt."
"Preuve est désormais faite qu’un système par répartition est préférable à un système par capitalisation pour les retraites. Aux Etats-Unis, il faudra entre 18 et 24 mois de travail supplémentaire pour chaque individu pour compenser les pertes de la crise boursière pour sa retraite."

Un service national civique obligatoire, est-ce sérieux?

"Oui, c’est une proposition ancienne, qui a donné lieu à beaucoup de réflexions de notre part, et que je revendique. Tout ça peut être modulé, sur le temps, le rythme, etc."

Pour lire l'intégralité du forum du NouvelObs,
cliquez là.

Publié dans L'avenir du PS

Commenter cet article