nationalisation partielle des banques bénéficiant du plan de sauvetage

Publié le par webmaster

"Il faut impérativement que les Français soient protégés par l'entrée de l'Etat au capital des banques; c'est-à-dire par des nationalisations partielles", a déclaré mardi Ségolène Royal.

Le plan de recapitalisation de 10,5 milliards d'euros annoncé par le gouvernement est "légitime à condition que l'Etat rentre au capital des banques, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", a estimé sur Europe-1 l'ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle.

Selon la présidente de la région Poitou-Charentes, "ce qui est choquant dans ce dispositif, c'est que l'Etat se contente d'apporter de l'argent frais aux banques mais refuse de rentrer au capital" : "Moi, je ne fais pas confiance à l'autodiscipline des banques parce qu'on a vu ce que cela a donné".

"Ce qui est incompréhensible, c'est que pour des raisons idéologiques l'Etat refuse cette nationalisation partielle des banques qui lui permettrait (...) d'exiger enfin la baisse de la rémunération des banquiers et de la réforme de la rémunération des traders et des tarifications bancaires", a-t-elle expliqué.

"On ne peut pas laisser l'économie s'effondrer, les entreprises en difficultés et les ménages ruinés. L'Etat est obligé d'intervenir mais il faut (...) qu'il y ait en contrepartie une protection des entreprises et des ménages pour que les banques fassent le travail qu'elles n'ont pas fait", a conclu Mme Royal.

dépêche AFP - mardi 21 octobre 2008

Commenter cet article