Travail dominical : le gouvernement touille dans les sondages

Publié le par webmaster

DESINTOX

Contre-expertise au quotidien des déclarations et des chiffres du débat public

CEDRIC MATHIOT

LA PHRASE

«67% de français accepteraient de travailler le dimanche, ce qui montre que les esprits sont en train d'évoluer. Voilà un an, le pourcentage était plus faible que cela. Ce que les Français sont en train de comprendre, c'est que, déjà, si la règle ne change pas sur le travail du dimanche, des dizaines et des dizaines de milliers de salariés vont y perdre, ceux qui travaillent le dimanche aujourd'hui».


LE CONTEXTE

Un assouplissement des règles du travail dominical pourrait figurer la semaine prochaine dans le plan emploi annoncé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre les effets de la crise. Le gouvernement pousse à l'examen dès novembre d'un projet de loi sur le sujet. Xavier Bertrand, ministre du Travail et Luc Chatel, secrétaire d'État à la Consommation se sont rendus dimanche dans un centre commercial du Val-de-Marne, à Thiais-Village pour discuter avec des salariés.

Heureuse coïncidence, Bertrand et Chatel peuvent dans leur croisade compter sur un opportun sondage IFOP publié dimanche par le JDD. Lequel JDD affirme : «Les Français veulent travailler le dimanche!». Interrogé sur France 2 ce week end, Xavier Bertrand ne s'est pas gêné pour évoquer cette étude, qui témoigne selon lui d'une «évolution» des esprits sur la question.

LES FAITS

Ce sondage aux petits oignons mérite quelques précisions. Primo, le plébiscite français pour le travail dominical se nuance un poil à la lecture des résultats de l'enquête. A la question posée («travailler le dimanche est payé davantage qu'en semaine, si votre employeur vous proposait de travailler le dimanche, accepteriez vous?») Ils sont 17% à répondre «oui, toujours», alors que 50% des sondés répondent  : «oui, de temps en temps».

Mais ces deux ensembles sont agrégés en un seul bloc de 67% qui permet au JDD de titrer :«les Français veulent travailler le dimanche!». IFOP précise dans son étude que ce chiffre de 67% est en progression de 8% par rapport à décembre 2007 et un sondage publié dans Metro. Ce qui permet à Bertrand d'évoquer une évolution des mentalités. La France est prête pour sa réforme. CQFD.

Sauf qu'une des questions du sondage rend compte, sur la même période, d'une dynamique inverse de l'opinion publique. Le JDD n'a publié in extenso que deux questions, mais une visite sur le site de l'IFOP montre que l'institut de sondage en a en fait posé quatre, dont celle-ci, qui concerne l' «adhésion» des Français à un assouplissement de la législation sur l'ouverture des magasins le dimanche:

«Vous savez qu'aujourd'hui la plupart des magasins n'ont pas le droit d'ouvrir le dimanche. Personnellement, êtes vous favorable à un assouplissement de la législation sur le sujet, afin que des magasins puissent ouvrir le dimanche?».

Et là, surprise. Les Français y sont moins favorables qu'il y a un an. Ils sont 57% à se dire partisan d'un assouplissement lors du dernier sondage IFOP. C'est 6 points de moins que dans l'enquête publiée dans Metro en décembre 2007(63%).

Mais cette «évolution des esprits» n'est sans doute pas très pertinente. Ni le JDD, ni évidemment Bertrand et Chatel n'ont jugé utile de la relayer. Sans doute parce qu'on peut faire dire n'importe quoi à un sondage.

Toute la rubrique DESINTOX


Ou comment faire dire au sondage autre chose que la réalité avec l'aide de certains médias!
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article