Pourquoi Royal peut gagner

Publié le par webmaster

Profitant de la mauvaise campagne de Bertrand Delanoë et de la faible mobilisation des militants, l’ex-candidate à la présidentielle pourrait bien rafler la mise, dans quinze jours, lors du vote sur les motions.

ET SI LA MOTION de Ségolène Royal arrivait en tête le 6 novembre ? A quinze jours du vote des militants socialistes, cette hypothèse est désormais prise très au sérieux dans toutes les "écuries" socialistes.

La mauvaise séquence de Delanoë. Ces dernières semaines, le maire de Paris a cumulé les déconvenues.

Parti, peut-être, trop confiant, Bertrand Delanoë a fait une campagne solitaire (en marginalisant François Hollande) et a minima. Le 7 octobre, lors de l’assemblée générale de la fédération de Paris, il s’est laissé ravir la vedette par Benoît Hamon. Mauvais signal. Quelques jours plus tard, il s’esquive au Québec pour le congrès des villes francophones, pendant que ses rivaux sillonnent la France pour convaincre les militants. A son retour, Delanoë ne parvient toujours pas à se débarrasser de l’étiquette de "libéral" qu’il s’était lui-même collée dans son livre "De l’audace !".

«Si on continue sur cette lancée, on risque même d’être dépassés par Aubry »

Un lourd handicap alors que la crise du système capitaliste fait partout la une. Et, pour couronner le tout, le maire de Paris s’empêtre, en changeant de position, dans la polémique sur le service minimum et l’accueil des enfants à l’école les jours de grève. L’absence de dynamique pour la motion A se ressent dans les meetings où les militants ne se bousculent pas. "Alors qu’on était pointé en tête, on est parti pour être deuxième derrière Royal, s’énerve un supporteur du maire de Paris. Mais si on continue sur cette lancée, on risque même d’être dépassés par Aubry." Le doute gagne. "Depuis quelques jours, on sent que les représentants de la motion A deviennent agressifs dans les réunions", constate le "royaliste" David Assouline.

Pour lire la suite de l'article du Parisien, cliquez là.

Commenter cet article

alc 24/10/2008 22:22

Je constate encore une fois que S. Royal est celle qui doit absolument être mise à mort.En effet regardez comme certains ne parlent plus de motion E mais systématiquement de motion S. Royal.Pensent-ils être déjà battus politiquement pour ressortir les épouventails?Tout cela me rappelle 2006 et j'espère et j'y crois.

un militant 24/10/2008 12:10

L'énervement gagne manifestement "certaine" et "certains" de cette motion A, une AG fédérale récente a démontré que cela était même à la limite de l'incorrection, ce qui ne peut que porter préjudice à l'ensemble du PS.