Aisne : le prof s'est suicidé après de fausses accusations

Publié le par webmaster

C.M. (lefigaro.fr) avec AFP
24/10/2008 | Mise à jour : 18:25
.

Le collégien qui avait affirmé que l'enseignant lui avait mis un coup de poing a reconnu avoir menti. Il fera l'objet de poursuites judiciaires.

«Un gâchis immense». C'est le résumé de Me Lec, l'avocat de la famille du professeur qui s'était suicidé fin septembre après les accusations de l'un de ses élèves. Quelques jours avant le drame, un collégien de Saint-Michel, dans l'Aisne, avait en effet déposé une plainte, accusant son professeur de lui avoir donné un coup de poing dans une salle de classe. L'élève avait affirmé qu'un retard avait été à l'origine de cette supposée altercation, avec son refus de remettre son carnet de correspondance. Agé de 38 ans, le professeur avait nié les faits. Le lendemain de sa garde à vue, il avait été retrouvé pendu à son domicile. En pleine procédure de divorce, il avait laissé un mot chez lui annonçant qu'il allait mettre fin à ses jours, sans s'expliquer sur les raisons de son geste. Selon le procureur de Laon, il est «téméraire» de privilégier un lien de causalité entre l'altercation avec son élève, la garde à vue et le suicide de l'enseignant.

 

«Honneur»

 

Vendredi, l'élève a reconnu avoir menti. Âgé de 15 ans, il va être présenté à un juge pour enfant en vue de sa mise en examen pour dénonciation calomnieuse. «On n'a pas tiré les leçons du procès d'Outreau», a dénoncé Me Lec. Pour le père de l'enseignant, qui entend se constituer partie civile, «l'objectif premier est atteint : rendre son honneur à mon fils». «L'objectif second est maintenant de comprendre pourquoi et de savoir quel est le rôle des adultes dans cette machination», a-t-il déclaré.

Deux familles fichues et dans la détresse. Quel terrible gâchis !!! N'y aurait-il point à observer  un peu plus de prudence et de sérénité dans ce type d'événement ?

Commenter cet article