Delanoë sur France Inter: la crise

Publié le par webmaster

Bertrand Delanoë est à bout de nerfs. Sa prestation sur France-Inter ce matin, en était encore la démonstration. Le maire de Paris n'en peut plus d'avoir à se justifier sur ses penchants libéraux révélés dans un livre sorti avant la crise.

Bertrand Delanoë - France Inter
par franceinter

Serait-ce l'approche du congrès de Reims? Ou le fait de traîner son boulet de libéral socialiste tel qu'il se définissait dans De l'audace, son livre d'entretiens avec Laurent Joffrin? Reste que ces temps-ci, le maire de Paris est tendu. Très tendu.

Delanoë, un libéral au sens sociétal du terme...
De l'audace, Bertrand Delanoë en a… plus que du flair, persifleront les mauvaises langues. Quelques semaines avant le krach financier, il écrivait : « À gauche, nous sommes les défenseurs de liberté, y compris dans le domaine économique» ou encore «Pour être un bon socialiste désormais, il faut être un bon manager». Chacun appréciera cette disparition plus que symbolique du politique derrière l'économique diagnostiquée par le maire de Paris et cette utilisation significative du vocabulaire propre au monde du privé. On en reprendrait presque. Satanée crise ! Déjà sa campagne municipale avait pour mot d'ordre Un temps d'avance

Depuis, le maire de Paris sort les rames : en fait, son livre aurait été caricaturé. Certes, Delanoë est un libéral. Mais un libéral subtil. Pas au sens économique du terme, mais au sens politique voire sociétal. Nuance. Le discours de Delanoë consiste à dire que nous avons assisté à une montée en puissance de la finance qu'il faudrait évidemment réguler. Alors que c'est bien à la montée en puissance des valeurs du privé contre les valeurs du public que nous avons assisté. L'investissement du champ sociétal par le libéralisme cher à Bertrand Delanoë en est le dernier symptôme. Et pas le plus inoffensif.
Bref, l'ouvrage du maire de Paris restera dans les esprits comme un acte manqué politique de premier ordre.

lire la suite de l' article de Régis Soubrouillard

Commenter cet article