Royal se réjouit de la décision autorisant la vente de la poupée vaudou

Publié le par webmaster

NOUVELOBS.COM | 29.10.2008 | 19:44

C'est une bonne nouvelle", a déclaré l'ex-candidate à la présidentielle concernant la décision de justice déboutant Nicolas Sarkozy de sa demande d'interdiction d'une poupée vaudou à son effigie. Elle y voit là, la "protection de la liberté de caricaturer les puissants de ce monde".

Ségolène Royal (Reuters)

 

Ségolène Royal (Reuters)

 

Ségolène Royal (PS) s'est réjouie mercredi 29 octobre de la décision judiciaire déboutant Nicolas Sarkozy de sa demande d'interdiction d'une poupée vaudou à son effigie, y voyant la protection de la liberté de caricaturer.
"C'est une bonne nouvelle", a déclaré l'ex-candidate à la présidentielle, interrogée par la presse à l'aéroport d'Orly, avant d'embarquer pour Toulouse où elle devait tenir meeting. Elle-même avait eu sa "poupée vaudou", mais n'a pas poursuivi l'éditeur.

"Un droit à la caricature"'

"C'est la protection d'une liberté de caricaturer les puissants de ce monde", a-t-elle commenté.
Cette liberté "a toujours existé en République, elle existe encore au Canard enchaîné, à Charlie hebdo, aux Guignols de l'info, ou ailleurs dans d'autres émissions", a poursuivi la présidente de Poitou-Charentes.
"C'est indispensable de garder le sens de l'humour, j'ai été sollicitée pour porter plainte, j'ai refusé car je considère que c'est un droit à la caricature", a-t-elle dit, critiquant une situation où "un pouvoir en place commence à pourchasser les caricaturistes".

Sens de l'humour

Ségolène Royal a ironisé sur l'action en justice de Nicolas Sarkozy contre la poupée vaudou à son effigie affirmant que si le chef de l'Etat continue "bientôt il portera plainte contre le Canard enchaîné, contre Marianne, contre les Guignols de l'Info".
"J'ai le sens de l'humour moi, je ne porte pas plainte contre ma poupée vaudou", a lancé Ségolène Royal sur Europe 1.
L'ex-candidate à la présidentielle a précisé qu'elle n'hésitait pas à porter plainte quand "il y a des photos volées, mais contre des caricatures, non".
"Si Nicolas Sarkozy porte plainte contre une poupée qui le caricature, bientôt il portera plainte contre le Canard enchaîné, contre Marianne, contre les Guignols de l'Info", a-t-elle affirmé.
La justice a débouté Nicolas Sarkozy, qui réclamait l'interdiction de la poupée vaudou à son effigie, commercialisée depuis trois semaines par la société Tear Prod, et contre laquelle le chef de l'Etat avait engagé une action en référé pour violation de son droit à l'image.

Commenter cet article