Paul Krugman, un “prix Nobel” intuitif et lucide

Publié le par webmaster

sur le blog de Jean-Louis Bianco :

Dans son éditorial du début de la semaine, Paul Krugman a parlé de la crise que nous connaissant comme étant "la mère de toutes les crises". Dans cette nouvelle tourmente, contrairement à la première vague qui avait frappé le crédit, c’est l’Europe de l’est - et ses banques - qui sont en première ligne, avec une exposition aux pays émergents qui se chiffre en trillions de dollars.

Paul Krugman mérite le prix qu’il a reçu. Lui qui s’opposait, un peu seul, aux thèses d’un précédent lauréat, Milton Friedman, monétariste partisan de la dérégulation et père des politiques économiques menées au Chili sous Pinochet et des années Reagan et Thatcher.

Néo-keynésien, Krugman est un des principaux auteurs de la nouvelle théorie du commerce international pour laquelle il a été récompensé.

L’économiste, né en 1957, avait vu venir la crise asiatique. Dans un monde où de nombreux économistes brillent le plus souvent par leur prévisions assénées avec autorités mais qui se révèlent rarement exactes, le fait est déjà assez rare pour mériter qu’on s’y arrête. Depuis qu’il signe, deux fois par semaine, une chronique dans le Wall Street Journal, il est aussi l’un des critiques les plus virulent contre la politique économique de Bush. Il ne cesse de dénoncer l’accroissement des inégalité de revenus.

Pour Krugman, réduire les impôts des plus riches et diminuer le rôle de l’État n’a pas permis à l’économie de croître plus. Au contraire, ces réductions ont affaibli les classes moyennes et l’économie des États. Krugman énonce que si les banques doivent être sauvées comme doivent l’être les institutions publiques, elles doivent alors être régulées comme celles-ci. Cette ligne nous apparaît comme étant la plus pertinente et Ségolène Royal a su faire toute une série de propositions en ce sens.

Par ailleurs, je vous invite à lire les intéressants articles du Figaro de ce jour sur les modèles des mathématiciens et leur utilisation dans la finance.

Publié dans Citations

Commenter cet article