A la soupe populaire, "plus de familles et de salariés pauvres"

Publié le par webmaster

Par Zineb Dryef | Rue89 | 28/10/2008 | 17H10

Vincent se glisse dans la file. Il a 36 ans. Comme beaucoup ici, ses vêtements sont propres, ses baskets siglées et il ne présente aucun signe extérieur de pauvreté. Salarié d’une grande entreprise, fiché à la Banque de France, il ne dispose plus de chéquier ni de carte bleue. Il vient boucler ses fins de mois ici. Pas très à l’aise, il ne veut pas en dire plus. Et puis, la situation n’est que "provisoire".

lire l'article sur : Rue89
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article