Mauvaise foi : pour Hollande, Royal n’a pas plus gagné que Delanoë

Publié le par webmaster

Posté par fatou Paris 14ème avec Ségolène

 

marianne2.fr - Vendredi 07 Novembre 2008

Le Premier secrétaire du PS a donné sur RTL un cours magistral de mathématique hollandaise: n’ayant pas atteint 50%, la victoire de Ségolène Royal est insignifiante. La majorité s’établissant pour François Hollande aux alentours de 96% des votes… pour Bertrand Delanoë !

Les luttes intestines durent depuis si longtemps que François Hollande ne semble plus savoir les arrêter ! Invité sur RTL vendredi 7 novembre, le futur ex-Premier secrétaire semblait avoir perdu quelques notions de mathématique : « personne n’est majoritaire au parti socialiste, et c’est bien là le problème ! » Car en réunissant 29% des voix, contre 25 pour Delanoë et Aubry, la motion de Ségolène Royal n’est pas « majoritaire », elle est « en tête des motions », corrige le chef du PS. Si le vote de motion se fait à la majorité absolue, la mauvaise foi de Hollande l’est tout autant : c’est plus de 49,9999% ou rien !

« Je ne sais même pas si elle sera candidate !»
Perplexe, Jean-Michel Aphatie essaie de voir clair dans les mathématiques hollandaises : « le problème c’est comment on donne à mon parti, à la gauche, une majorité stable capable de le conduire, reprend le Premier secrétaire. Je la souhaite autour d’une ligne réformiste, telle que Bertrand Delanoë l’a défendue et que j’ai soutenue, qui doit être forcément discutée avec d’autres. » Là, un axiome de la pensée mathématique hollandaise se dégage : n’est majoritaire qu’un mouvement qui s’organise derrière le maire de Paris. On commence à y voir plus clair !

La deuxième place de Delanoë répond à d’autres principes de mathématiques hollandaises : « quand on est le favori d’une élection, c’est jamais simple, excuse-t-il. Ensuite, quand on tient un discours réaliste en période de crise, c’est pas le plus attractif. ». « On dit qu’il a fait une mauvaise campagne », se hasarde Aphatie. « Tout ça c’est derrière nous ! », répond Hollande. Là encore, l’animateur de RTL n’a pas saisi la subtilité : dans ce système arithmétique, tout événement vieux de plus de 10 heures tombe dans l’oubli…

La majorité ? 96% derrière Delanoë !
Mais comment constituer cette alchimique majorité ? En faisant travailler Royal et Delanoë ensemble, se hasarde l’interviewer ? Encore raté, le professeur Hollande corrige la copie : « Ségolène Royal, Bertrand Delanoë, Martine Aubry, Benoît Hamon ! » Suivant les recommandations de François Hollande, la majorité au PS étant la somme des scores des quatre principaux candidats, elle s’élève donc à… 96% des suffrages exprimés !

« Les militants ont dispersé leurs suffrages, à nous, ensemble, de les rassembler », conclut-il. Il faut comprendre l’aveu d’échec que cela représente pour lui : en 11 ans de direction du Parti socialiste, il n’a même pas réussi à apprendre aux militants à voter à plus de 90% pour le même candidat. C’est à désespérer de la démocratie interne !

Sylvain Lapoix

 

Commenter cet article