Bout par bout, Ségolène Royal peut-elle aller au bout ?

Publié le par webmaster

Il l'a appelée la "théorie des bouts". Pas des "bouh", ironise-t-il comme à son habitude, des "bouts"! Il, c'est François Hollande. Et cette théorie, il l'a exposée lors d'un déjeuner avec la presse, avant le vote sur les motions de jeudi dernier.

Détails: si une motion arrive en tête sans recueillir 50% des suffrages des militants et sans parvenir à faire alliance avec une ou plusieurs autres motions au complet, ce vainqueur minoritaire peut tout de même devenir majoritaire en débauchant personne par personne dans les autres camps.

C'est précisément le cas de figure qui semble se dessiner pour la motion portée par Ségolène Royal. Elle a remportée la première manche jeudi, mais reste à confirmer en transformant ses quelque 30% en plus de 50% avant le congrès de Reims le week-end prochain, et avant le second vote des militants, cette fois pour le nouveau Premier secrétaire le 20 novembre (et le 21 en cas de second tour).

"Voir comment constituer la meilleure équipe possible"

Si, conformément à son statut de vainqueur, Ségolène Royal a déjà contacté les premiers signataires des motions concurrentes pour appeler officiellement au rassemblement, elle a en effet aussi chargé son équipe de contacter leurs proches disséminés dans les rangs adverses.

Stratégie dont l'ex-candidate à la présidentielle ne s'est d'ailleurs pas cachée dès vendredi matin, au micro de France Inter:

"Ce qui m'a beaucoup plu dans cette campagne, c'est d'avoir réussi à souder, à fédérer une équipe. (...) Je leur ai demandé de prendre aussi des contacts pour voir comment nous pouvons constituer la meilleure équipe possible." (Voir la vidéo et la suite sur :
sur RUE89 en cliquant
ICI

Publié dans L'avenir du PS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article