Ségolène Royal à la tribune du congrès : "Il faut ouvrir les portes" du PS

Publié le par webmaster

NOUVELOBS.COM | 15.11.2008 | 17:35

Sous les huées d'une partie de la salle, Ségolène Royal a proposé d'accueillir "le plus grand nombre" d'adhérents en diminuant la cotisation. Elle se prononce pour une consultation directe des militants sur la question des alliances du PS avec le centre.

Congrès de Reims : Ségolène Royal à la tribune, samedi 15 novembre (Sipa)

Congrès de Reims : Ségolène Royal à la tribune, samedi 15 novembre (Sipa)

C'est devant une salle houleuse, partagée entre huées et applaudissements, que Ségolène Royal a pris la parole, samedi 15 novembre, lors du congrès de Reims. Elle a défendu une stratégie d'alliances avec le MoDem: "notre position n'a pas changé" mais "je m'y engage: le jour venu, c'est vous les militants qui en déciderez", a-t-elle dit, "il y aura une consultation directe de militants sur la question des alliances".
Ainsi, "cette question ne pourra plus servir de prétexte au refus du rassemblement", a-t-elle lâché, à l'adresse de Bertrand Delanoë ou de Martine Aubry. "Sommes-nous donc si faibles (...) que la seule idée d'une alliance éventuelle dans trois ans nous jette hors de nous-mêmes, alors que certains parmi les plus enflammés la pratiquent chez eux?", a-t-elle lâché.

"Ouvrir les portes"

Ségolène Royal a réaffirmé sa volonté "d'ouvrir les portes" du PS et d'accueillir "le plus grand nombre" d'adhérents en diminuant la cotisation, dans un discours commencé vers 16h20, deux propositions qui sont contestées par ses rivaux.
L'ex-candidate à la présidentielle a été huée au début de son allocution quand elle a évoqué le besoin pour le parti de "se soigner" de ses "blessures".
Ségolène Royal a exhorté les socialistes à "se lever" pour "rallumer tous les soleils et toutes les étoiles". "Nous sommes la gauche", "Nous sommes les socialistes et nous étions déjà là le 14 juillet 1789", a lancé l'ex-candidate à la présidentielle.
"Nous sommes ceux qu'on croit dans la tombe et qui se lèvent", a-t-elle insisté. "Nous sommes ce qui renaît quand tout paraît perdu", a ajouté Ségolène Royal.
"Nous sommes le socialisme, levons-nous, vertu et courage, car nous rallumerons tous les soleils, toutes les étoiles du ciel, nous sommes les socialistes, il reste tant à faire, alors faisons-le, nous sommes les socialistes, tous ensemble", a-t-elle conclu.
Ségolène Royal a fait part vendredi soir de son intention de briguer le poste de premier secrétaire du Parti socialiste.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article