Un journaliste de Libération humilié par la police

Publié le par webmaster

C'est un pays dans lequel la police peut débarquer chez le journaliste d'un quotidien, l'humilier devant ses enfants, l'insulter, le menotter, le déshabiller complètement... A cause de quelques mots écrits dans ce journal qu'il a dirigé pendant quelques mois.

 

Ce pays, c'est la France de 2008.

 

L'affaire, hallucinante, est racontée par Libération. Vendredi matin, Vittorio de Filippis, journaliste à Libération, est réveillé à 6h40 par des coups frappés à la porte de sa maison.

Trois policiers lui disent qu'ils ont un mandat d’amener au TGI de Paris contre lui. "Habillez-vous, on vous emmène." Il proteste. "Vous, vous êtes pire que la racaille!", disent les policiers, devant son fils de 14 ans.

Il est emmené au commissariat du Raincy. Quel est le crime commis par le journaliste? On lui parle d'une affaire de diffamation à l'encontre de Xavier Niel, fondateur de Free, le fournisseur d'accès à Internet... Vittorio de Filippis a en effet été directeur de la publication de Libération pendant la période de transition July-Joffrin. A ce titre, il est responsable de tout ce que le journal a publié à cette époque... [...]

 

 

Pour lire la suite de ce récit terrifiant, cliquez là et consultez l'article de Pascal Riché dans Rue89. Il est grand temps que nous comprenions que la liberté de la presse est bien menacée dans notre pays...

Commenter cet article

Thyss 30/11/2008 17:50