Réserves devant les cadeaux faits aux banques françaises

Publié le par webmaster

Comme cela arrive finalement très souvent, les réserves que Ségolène Royal avaient formulées quant aux choix du Gouvernement pour soutenir les banques françaises en période de crise sont désormais partagées par la Commission européenne.

Un billet de Jean Quatremer sur son blog "Les Coulisses de Bruxelles" l'illustre à merveille et mérite d'être lu en intégralité.

Nous ne résistons pas néanmoins à vous faire partager un passage de ce billet très documenté :

 

"[...] ces aides d’État accordé sans guère de contreparties et sans limite dans le temps donnent les moyens aux banques françaises de pratiquer des taux plus intéressants que ceux de la concurrence étrangère, ce que veut éviter la Commission : elle souhaite donc que les banques certes s’engagent à accorder davantage de crédits, mais aussi à ne pas pratiquer de dumping à la faveur de ces aides d’État. Bruxelles souhaite aussi que la rémunération de l’État atteigne au moins 10 %, comme ailleurs, et que le versement des dividendes aux actionnaires soit suspendu. Il faut que cet « argent soit utilisé pour faire des prêts à l’économie réelle » et non pas « pour améliorer la position compétitive des banques ». Bref, tout n’est pas permis. [...]"

 

Pour lire l'article, rien de plus simple, cliquez là.

Commenter cet article