Liberté de l'information

Publié le par DA Créteil, etc...

Lundi soir, donc, s'est tenu à l'initiative de Médiapart et de Reporters sans Frontières une soirée débat sur la liberté de l'information au Théâtre du Rond-Point.

En présence de Patrick Braouezec, Hervé Mariton, Benoît Hamon, Noël Mamère, François Bayrou, etc... il s'agissait de défendre l'existence de contre-pouvoirs forts, libres et indépendants, à l'heure où les agissements du gouvernement (pseudo états généraux de la presse, réforme de l'audiovisuel public) la mettent en danger.
Vous pourrez retrouver un compte-rendu de cette soirée importante chez plusieurs bloggeurs, dont Dagrouik ("
Couinement au théâtre"), Eric Mainville ("Soirée pour l'indépendance de la presse") ou Vogelsong ("Tousser trois fois").

Le même jour, cinq acteurs majeurs de l'information en France ont signé un appel commun pour la défense de la liberté et du pluralisme de l'information face aux projets du gouvernement.
Voici le texte complet de cet appel :


"Plusieurs projets du gouvernement menacent clairement l'indépendance et le pluralisme de l'information.

 

Depuis vingt-cinq ans, quelles que soient les majorités politiques, les réformes concernant les médias, malgré leurs imperfections, ont toutes contribué à renforcer la démocratie et l'Etat de Droit. Et pourtant, notre pays est encore loin d'être exemplaire, comme en témoignent les condamnations dont il fait l'objet devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour violation de la liberté d'expression.

 

Or, non seulement le pouvoir actuel ne poursuit pas ce nécessaire mouvement démocratique, mais il impose à dessein un recul inacceptable de la liberté d'information.

 

C'est évidemment le cas quand il abolit l'indépendance de l'audiovisuel public en accordant au Président de la République le pouvoir d'en nommer et révoquer les PDG. C'est aussi le cas lorsqu'il se mêle directement de l'avenir de la presse écrite en organisant et contrôlant ses Etats Généraux. C'est enfin le cas quand il envisage d'assouplir les dispositifs anti-concentration dans les médias.

 

Il faut d'urgence stopper ces projets et, au contraire, promouvoir le respect du droit moral des journalistes, refuser le mélange des intérêts industriels et médiatiques, préserver l'intégrité du service public de l'audiovisuel, permettre l'accès à toutes les sources documentaires, protéger les sources des journalistes, limiter les concentrations et défendre le pluralisme.

 

Chacun de notre côté, nous nous sommes efforcés de mobiliser nos lecteurs pour faire obstacle à ces projets. La cause nous paraît tellement importante et urgente que nous avons décidé de joindre nos efforts par cet appel commun."

 

Les Inrockuptibles, Marianne, Mediapart, Le Nouvel Observateur, Rue 89



Commenter cet article