L'hôpital public est en danger

Publié le par DA Créteil, etc...

Les événements tragiques se succèdent en cette fin d'année 2008 dans les hôpitaux en Ile de France, confirmant ainsi le constat et l'anticipation de Patrick Pelloux et de plusieurs syndicats de praticiens de l'été dernier.

"Surdité" et "irresponsabilité" : voilà les mots que le ministère de la santé inspire aux professionnels de la santé vu ses réactions devant ces événements tragiques.

Un article du Monde évoque cette question particulièrement sensible : c'est ici.
Quelques extraits :


"La sécurité des patients n'est plus assurée dans les hôpitaux en Ile-de-France, pendant cette période de fêtes", s'est exclamée 
dimanche l'Association des médecins urgentistes (AMUF). Un homme victime, samedi 27 décembre, d'un malaise cardiaque à Massy (Essonne) n'a pu être accueilli pendant six heures, faute de place, dans un service de réanimation hospitalier et est décédé alors qu'il allait enfin y être admis, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

[...]
Les urgentistes, en grève depuis le 1er décembre, dénoncent la situation de leurs services en France et s'alertent de la "surdité" et de l'"irresponsabilité" de la ministre de la santé.

Pour le secrétaire général du syndicat de l'AMUF, Bruno Fagganielli, de nombreux lits de réanimation ont été fermés pendant la période des fêtes, faute de personnel, "puisque les hôpitaux n'ont plus les moyens de prendre des remplaçants" des médecins et soignants en congé. Dans un communiqué diffusé dimanche soir, l'AMUF a assuré "qu'à 19 heures, tous les services d'urgence sont saturés et qu'il n'y a plus de place de réanimation en Ile-de-France".
[...]
Pour l'AMUF, présidée par le docteur Patrice Pelloux, "la sécurité des patients n'est plus assurée dans les hôpitaux en Ile-de-France pendant cette période de fêtes". Dans son communiqué, elle "demande aux plus hautes autorités de l'Etat de prendre immédiatement des mesures énergiques avant qu'une catastrophe sanitaire ne se produise", notamment "le déclenchement des plans blancs en Ile-de-France et le rappel des personnels".

[...]
En prévision du plan pour l'hôpital qui doit être présenté par Roselyne Bachelot en 2009, les présidents de Comités consultatifs médicaux (CCM) des hôpitaux de l'Assistance publique -Hôpitaux de Paris avaient adressé, le 5 novembre, à la ministre de la santé une
lettre ouverte intitulée "Sauver l'hôpital public". Ils dénonçaient des "restrictions budgétaires sans objectifs médicaux ni de santé publique clairement identifiés" et les "économies à très court terme et à tout prix", jugeant que la "qualité" et l'"accès aux soins pour tous" allaient "pâtir"  de cette réduction des dépenses.

Commenter cet article