Bilan d'une année supplémentaire de Sarkozy

Publié le par DA Créteil, etc...

Un très bon billet publié par Juan de Sarkofrance (http://sarkofrance.blogspot.com), blog indispensable dont on ne saurait que trop vous recommandez la lecture assidue : il s'intitule "Mauvais comptes en Sarkofrance" et c'est là. Juan y fait un point sur la situation catastrophique de l'hôpital public, des comptes de la nation... et des vacances présidentielles concomittantes !

Autre excellent billet à lire avec grande attention sur le même blog :
l'abécédaire des promesses non tenues.
En avant-goût, voici deux passages édifiants :

République irréprochable
Sarkozy nous l'avait promis. Mais 2008 fut l'année de tous les excès : augmentation du
traitement présidentiel de 173% en janvier 2008, nouvel avion, dérapage des frais de la Présidence, multiplication des déplacements d'ordre privé, légions d'honneur de complaisance, nomination des patrons de l'audiovisuel, grâce présidentielle pour Marchiani ou Tapie. Tout y est.

Séniors
"Je mets d’ailleurs les entreprises devant leurs responsabilités. On doit garder les quinquagénaires dans les entreprises"
nous expliquait le candidat de la droite en 2007. On croyait qu'il allait agir sur les employeurs. Quel malentendu ! En mai dernier, les (futurs) retraités ont eu confirmation que (1) leur pension n'augmenterait que de 1,9% (1,1% en mars, 0,8% en septembre), (2) les pré-retraités de 57 à 60 ans devraient pointer prochainement au chômage, (3) la durée de cotisation retraite passerait mécaniquement à 41 ans et (4) qu'ils risquent d'être radiés du chômage après deux refus d'emploi comme tout chômeur. 60%* des seniors (55 à 65 ans) ont été ainsi précarisés en quelques jours.

Autre billet très intéressant, celui de Marc Vasseur intitulé 2008, l'année Sarkozy.
Sa conclusion, que nous partageons :

"Alors bien entendu, personne ne nie qu'il y ait un besoin de réforme, réflexion pour permettre aux chercheurs de donner la mesure de leur potentiel mais cela nécessite aussi des moyens... et des responsables politiques à la hauteur des enjeux des prochaines décennies... et de ces derniers, on en manque cruellement... et déjà au plus haut sommet de l'Etat.
Et le problème, c'est que  sous chaque discours se cache une imposture, un mensonge..."


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article