"il y a une colère" en France contre le gouvernement

Publié le par DA Créteil, etc...

Pour Ségolène Royal, le FSM "tombe bien à un moment où il y a un mouvement social de deux millions et demi de manifestants en France".

"Il y a une colère très puissante en France contre l'inertie des gouvernements, contre la férocité d'un système que tout le monde voyait marcher sur la tête et qui n'était jamais remis en cause", a-t-elle dit à quelques journalistes.


"Aujourd'hui, ce qui manque cruellemement en France, c'est l'absence de perspectives, il y a une peur sur l'avenir", a-t-elle assuré après avoir assisté à un débat sur "les femmes dans les espaces de pouvoir", dans la grande tente érigée par Cuba.


Ségolène Royal a dit être venue à Belem pour "apprendre et réfléchir à un moment historique puisque, aujourd'hui, on est confronté à un nouveau modèle de société".

"C"est important d'être là où l'enjeu principal est la dénonciation d'un système. Nous voyons ce qui marche dans les pays qui ont expérimenté des solutions", a-t-elle conclu.


Ségolène Royal a fait l'éloge de la politique menée par le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, un ancien syndicaliste. Selon elle, on voit dans les mobilisations sociales à Belem que le "Brésil croit à son avenir".

"Le président Lula a une très forte popularité parce qu'il y a une perspective de développement dans le pays. Il a réinjecté de l'argent dans la capacité de vivre des familles avec la bourse familiale. Les pauvres ont repris confiance", a dit Ségolène Royal.


Le gouverneur de l'Etat amazonien du Para, Ana Julia, du Parti des Travailleurs, a salué la présence de la socialiste française en la faisant monter à la tribune. "Ségolène se représentera aux élections et sera élue", a-t-elle lancé aux militants altermondialistes. Espérons qu'elle aura raison !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article