Un plan de relance surréaliste... au sens littéraire du terme !

Publié le par DA Créteil, etc...

André Breton définissait le surréalisme dans son Manifeste du même nom comme un mouvement artistique reposant sur un "automatisme psychique pur, par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale".
L'une des expérimentations les plus fameuses du mouvement littéraire surréaliste réside dans l'écriture automatique, celle qui conduit à transcrire les fils conscients et inconscients de sa pensée, sans filtre.
Bien sûr, il s'agit là d'une description bien trop rapide et synthétique, qui ferait sans nul doute frémir nombre de littéraires émérites...

Cela dit, dans le genre "inventaire à la Prévert", c'est bien à ce type d'expérimentation que nous confronte le "fameux" plan de relance annoncé par François Fillon (vous savez, le premier ministre) lundi dernier à Lyon.

Le journaliste François Krug d'Eco89 s'est ainsi évertué à lister
les mesures les plus surprenantes du plan de relance.
On y retrouve, pêle mêle :
- la construction de logements aux îles Kerguelen (population actuelle : de 60 à 80 habitants l'hiver) ;
- le développement du labyrinthe géant des monts de Guéret dans la Creuse ;
- un train panoramique permettant d'accéder au sommet du Puy de Dôme (une "paille" de 800.000 € quand même... et après, on va encore s'arc-bouter sur le critère de "rentabilité" pour diminuer le nombre de fonctionnaires...) ;
- un plan ambitieux de rénovation et de présentation au public des nécropoles nationales pour la bagatelle de 5.000.000 € ...

Bien sûr, d'autres mesures plus "classiques" en font évidemment partie, d'autant que les critères de sélection des investissements directs de l'Etat dans le cadre du plan de relance étaient définis comme suit :

"Le plan de relance concerne des projets, répartis sur l’ensemble du territoire français, choisis pour leur capacité à démarrer immédiatement, à accélérer l'activité et favoriser l'embauche, avec un effet multiplicateur permettant d’entraîner d’autres investissements, réunissant ainsi les conditions d’un impact concret, massif et rapide pour une relance rapide et durable de l’économie."


Voici en tout cas une belle définition du surréalisme en politique !
Et, pendant ce temps là, le nombre de chômeurs augmente et les rangs des mal logés et des plus démunis augmentent à vue d'oeil...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article