Evénements en Guadeloupe - Réaction de Ségolène Royal sur France Info

Publié le par DA Créteil, etc...

Ségolène Royal était interviewée par France Info ce soir, sur les derniers événements en Guadeloupe, marqués par le décès d'un syndicaliste.
Dagrouik en parle sur son blog, dans son article "Ségolène Royal réagit aux événements en Guadeloupe" et a ajouté l'enregistrement de cette interview en format mp3.
On en retrouve également quelques échos sur le site Internet de l'Express "Guadeloupe : Royal dénonce l'inertie de l'Etat".


Voici quelques extraits de son intervention :

"Le sang vient de couler en Guadeloupe et on sait que c'est le résultat de l'inertie et du manque de considération de l'Etat pour l'Outre-mer".

"Il y a eu cinq semaines de manifestations dans le calme, il y a un besoin de dignité. En face de cela, il y une gestion calamiteuse de cette crise. Le pouvoir est resté totalement sourd aux attentes et aux appels de détresse".

La présidente de Poitou-Charentes dénonce "l'incompétence, l'inertie, l'absence même de parole du chef de l'Etat sur un conflit social qui dure depuis cinq semaines, où un habitant sur dix est descendu dans la rue". "S'il y avait une telle mobilisation sur un territoire métropolitain, le chef de l'Etat se serait déjà exprimé, le chef du gouvernement aussi".

"Ce qui se dit en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à La Réunion, c'est qu'aucun territoire métropolitain n'aurait été traité de cette façon, aucun territoire n'aurait été laissé à l'abandon".

"C'est à se demander si cette stratégie de pourrissement et d'abandon est volontaire de la part du pouvoir".

Mme Royal demande "aux plus hautes autorités de l'Etat d'assumer enfin leur responsabilité, faute de quoi elles prendraient toute la responsabilité de la montée de la violence".

Et pour finir : "ce qui se passe aujourd'hui dans les départements d'outre-mer peut être parfaitement précurseur de ce qui risque de se passer sur le territoire national, s'il y a encore ce sentiment très profond d'injustice et si des réponses concrètes ne sont pas apportées à la question de vie chère et des bas salaires".

En ce qui concerne le manque de considération dont font preuve le gouvernement et les médias à l'égard des luttes sociales à l'oeuvre dans les DOM, je tenais à vous faire partager deux moments de TV que j'estime assez symptomatiques.


D'abord, un sketch des Guignols invitant la Compagnie Créole à s'exprimer sur la situation en Guadeloupe et dans lequel la marionette PPD accumulait les clichés sur les îles. ça m'a fait sourire, ça m'a même fait hurler de rire, pensant que la caricature forçait énormément le trait. Quand j'ai vu Lilian Thuram s'exprimer ce soir sur les événements en Guadeloupe au journal de France 2, je n'ai pas pu m'empêcher de penser au sketch des Guignols. Non pas que je ne reconnaisse pas la légitimité de Lilian Thuram à s'exprimer sur le sujet et ce d'autant que je sais son engagement en faveur d'un humanisme militant, sa constance et son intelligence. Cela dit, c'est tout de même révélateur que l'on choisisse d'interviewer un ancien footballeur, plutôt qu'une personnalité politique ou un intellectuel...


Autre moment, toujours ce soir et toujours dans le journal de France 2. La compagne de Jacques Bino (le syndicaliste qui a perdu la vie dans la nuit de mardi à mercredi à Pointe-à-Pître en Guadeloupe) est interviewée par un journaliste. Pardonnez-moi de ne pas citer son nom, mais il n'est à aucun moment évoqué dans le reportage. Elle s'exprime et tente d'évoquer sa peine en toute dignité. Et là, je m'aperçois que quelqu'un de bien intentionné a décidé d'ajouter des sous-titres, pour qu'on puisse comprendre ce qu'elle dit.... Encore une illustration, me semble-t-il, de ce mépris dont sont victimes les habitants des DOM : nous sont-ils à ce point "étrangers" que l'on éprouve le besoin de transcrire, en quelque sorte de traduire leurs propos ?

J'ai le souvenir de propos que Ségolène Royal avait tenus dans Le Grand Journal. Elle y expliquait, en substance, que l'élection de Barack Obama devait absolument être considérée à sa juste mesure : celle d'un véritable séisme dans les mentalités. Oui, c'est certain, l'élection d'Obama a montré que tout était possible si l'on en avait le talent et le courage, et ce quel que soit la couleur de sa peau. Et si les Antilles se réveillent aujourd'hui, après avoir accepté bon nombre de provocations et subi autant d'injustices, ça n'est sans doute pas étranger à ce qui s'est passé aux Etats Unis...

Marianne

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article