Retour vers le passé - Manifestation des retraités

Publié le par DA Créteil, etc...

Notre ami Claude Berrard, de Choisy le Roi, se livre ici à un exercice tout à fait intéressant : revenir sur des souvenirs de lutte de l'année passée et mesurer le chemin parcouru.
Il y a donc un an, les retraités manifestaient dans la rue, déjà déçus par les débuts du président Sarkozy qui leur avait pourtant promis monts et merveilles lorsqu'il n'était encore que candidat à la présidence de la République.
Voilà ce que cela donne...



Mémoire de rue. Le 6 mars 2008 : manifestation des retraités


Le ciel est gris. Il pleuviote un temps. Nous sommes au carrefour de la rue du Bac et de la rue de Sèvres à Paris. Elles et ils sont là, chapeaux ou casquettes sur la tête, parapluies en alerte. Ils et elles marchent derrière leurs banderoles avec leurs drapeaux, leurs pancartes, leurs écrits sur la poitrine. Où vont-ils, à "Matignon".
Pourquoi?  Parce que pour eux ou leurs mandants, les retraites sont petites : 869.000 retraités de plus de 65 ans sont  sous le seuil de pauvreté (817 euros en 2005). 290.000 ont moins de 681 euros. Aujourd'hui les mamies et les papys de 68 sont dans la rue avec quelques autres.

 

Combien sont-ils ?  Rien selon la police –moins de 4000- ; beaucoup selon les syndicats -10.000-.
Faisons la moyenne : de 7 à 8.000 personnes.

 

PANCARTES, SLOGANS :

"les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, y-en a assez de cette société"

" des retraites pour vivre, pas pour survivre"

"après 60 ans, on vit et on consomme aussi"

"du pognon, Fillon"

"ni godillots, ni vieilles chaussettes, nous revendiquons nos justes droits"

"franchises médicales, coupables d'être malades"

"retraités, la colère gronde, oui, oui, tous ensemble"

"pas de retraites inférieures au smic"

"retraités maltraités"

"Sarkozy champion du pouvoir d'achat, pour ses amis de l'UMP"

"on s'est battu pour les gagner, on se bat pour les garder"

"non aux fonds de pension, oui à la répartition"

 

Au carrefour du boulevard des Invalides et de la rue de Varennes, les CRS bloquent le cortège. Adossés aux grilles du jardin des Invalides, nombre de manifestants ouvrent leurs sacs à dos, en sortent leurs sandwichs. Leurs retraites et les frais de transport –beaucoup viennent de province- ne leur permettent pas le restaurant. Pendant ce temps une délégation est reçue par un collaborateur du premier ministre.

Claude Berrard, le 6 mars 2008.

 



Depuis un an, tout a changé... Vous le verrez en mettant à jour les chiffres...
De quoi se plaingent-ils , ces retraités ? De toute manière, c'est la faute de la crise...
Merci de m'avoir lu.  
Claude Berrard, le 6 mars 2009.

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article