Sauver Heuliez

Publié le par DA Créteil, etc...

Qu'est-ce qu'Heuliez ? C'est une entreprise qui représente 2.000 emplois dont 1.000 dans le département des Deux-Sèvres, fief de Ségolène Royal. Heuliez construit des automobiles pour le compte de PSA, Renault et Opel (comme sous-traitant) et a répondu à l'appel à projet de la région Poitou-Charentes pour produire un véhicule électrique grand public.


L'enjeu est donc autant économique que politique. Alors que l'on sait que l'Etat renfloue les grosses entreprises quasiment pour rien, il serait indécent de refuser de sauver une entreprise à la pointe du changement radical pour l'avenir : celui de la croissance verte. Quand on se souvient du montant des aides publiques accordées au secteur automobile, sans contrepartie d'investissements ou recherches en développement durable, on peut légitimement se poser quelques questions...


Voici un article explicite du Petit économiste, dont nous avons pu prendre connaissance grâce à Asse42 :  "Heuliez : help live or let die ?"

 



 

L’équipementier du nord Deux-Sèvres HEULIEZ fragilisé par le désengagement d’Argentum Motors (lire notre article d’octobre 2008), est en sursis.


En effet, des informations de sources syndicales, reprises ces derniers jours par de nombreux médias, évoquent un risque de cessation de paiements dans les prochaines semaines. Faute de liquidités, le Groupe Heuliez ne pourrait en effet pas faire face au paiement des salaires d’avril (1000 emplois sont en jeu dans le département). De plus, pour poursuivre son programme d’investissement dans le véhicule électrique, 45 millions d’euros seraient nécessaires.


L’intervention du FSI (Fonds stratégique d’investissement) créé par l’Etat fin 2008 pour soutenir des entreprises stratégiques confrontées à la crise, et doté d’une première enveloppe de 20 milliards d’euros tarde à être confirmée, malgré plusieurs demandes de la Direction et des syndicats notamment. 10 millions d’euros sont demandés par l’équipementier de Cerizay pour compléter un tour de table comprenant la région pour 5 millions d’euros, un pool bancaire pour 15 millions d’euros et un fonds d’investissement privé pour 15 millions.


Une volonté politique de laisser mourir Heuliez ?

Comme le relatait ce vendredi Europe1 sur son site Internet, le marché du véhicule électrique, sur lequel Heuliez concentre sa politique de développement, est stratégique : "C’est en effet avec Heuliez que la Région Poitou-Charentes a développé un petit véhicule électrique, la Friendly. Certains pointent donc une volonté politique d’affaiblir Ségolène Royal, dont les Deux-Sèvres sont le fief, tout en favorisant une autre voiture électrique, la Blue Car de Vincent Bolloré, un ami du Président de la République".

Le FSI est déjà intervenu à hauteur de 19 millions d’euros dans le capital de l’équipementier VALEO, 85 millions d’euros pour Daher.

De plus, Renault et PSA ont obtenu en début d’année chacun un prêt de 3 milliards d’euros à 6%, Renault Trucks, pour sa part s’est vu octroyer un prêt de 500 millions d’euros.... à côté de ces montants, le chiffre de 10 millions d’euros pour Heuliez semble bien dérisoire.

Alors, les aides de l’Etat seraient-elles réservées aux grands lobbyes industriels ?? on peut légitimement se poser la question d’autant plus que l’engagement de ces constructeurs vers des véhicules propres et économiques est plus que timide !

Christine Lagarde a d’ailleurs déclaré ce 22 mars qu’elle rencontrerait dans les prochains jours la Présidente de Région, Ségolène Royal (dépêche AFP).


Pour en savoir plus sur Heuliez, consultez le dossier de presse réalisé pour le Salon de l’automobile de Genève 2009.

(Photos ci-dessus Eric Chauvet : siège d’Heuliez à Cerizay et visite de Luc Chatel et Hubert Falco en octobre dernier, guidés par Paul Quéveau)

Lien vers le spot publicitaire de la Friendly réalisé par la Boîte à films, société niortaise, cliquez ici

Pour en savoir plus sur le secteur automobile en Poitou-Charentes, consultez la plaquette de la DRIRE en cliquant ici.


Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article