Ainsi parlait Zarathoustra

Publié le par DA Créteil, etc...

Des discours, quelques paraboles, un brin de lyrisme…


Reconnaissons que cet homme a du talent. Une véritable apologie du surhomme. Son propos marque une volonté de puissance et consacre la tentation du nihilisme par excellence. Tout ceci serait exaltant s’il n’était président.

Sarkozy n’est pas Zarathoustra. Il ne s’est pas retiré dans une caverne pendant 10 ans. Il est à l’Elysée pour 5 ans, au zénith, non pas de la fraternité mais de l’indécence.

Ainsi il annonce la suppression de la taxe professionnelle. Cet impôt représente la contribution des entreprises aux services publics des territoires sur lesquelles elles sont implantées.

Parce que nous sommes socialistes, nous savons qu’un impôt se doit d’être juste. Nous comprenons qu’il faut réformer les modes de financement publics mais cela doit se faire de façon innovante, dans un esprit de justice et sans mépris ni mensonges.

Nous ne voulons pas que la suppression de la taxe professionnelle soit l’occasion de transférer l’imposition des entreprises vers celle des ménages et de mettre en défaut les collectivités : limiter les dépenses de fonctionnement, supprimer des services aux habitants, notamment aux plus démunis, augmenter les impôts locaux sur les ménages…

A Arcueil, cela représenterait près de 10 millions d’euros par an en moins, soit 30% du budget de la commune : l’arrêt de la construction des écoles dites Voltaire et Monmousseau, l’arrêt de la Maison des solidarités, la fin du cinéma Jean Vilar, la remise en question de l’opération de renouvellement urbain du chaperon vert et nombre de services en moins…


Et pendant qu’il distillait son propos sur toutes les chaînes, Césaire nous observait de son toit tutélaire. Le nègre fondamental criait JUSTICE dans les Antilles et notre Zarathoustra de pacotille, sans aucune pensée pour lui, l’observait se noyer dans sa mer de douleur.


Ainsi parla Sarkozy : on attendait un souffle, nous avons eu du vent.

--
Envoyé par JEUNES ET CITOYENS: Le blog de Benoît Joseph Onambele dans Jeunes et Citoyens le 4/01/2009 03:54:00 PM

Commenter cet article