Soupçons de trucage autour du découpage des circonscriptions

Publié le par DA Créteil, etc...

Par Julien Martin | Rue89 | 13/04/2009 | 15H46

« Tripatouillage » et « partialité », accuse la gauche. « Opération politiquement blanche », répond le gouvernement. Décryptage.

Le redécoupage des régions vu par Nicolas Sarkozy (Mykaia)

Après le paquet fiscal, le plan de relance ou encore le projet de loi Hadopi, c'est le nouveau cheval de bataille de l'opposition : le redécoupage des circonscriptions législatives. Ou comment certains députés vont voir leur fief disparaître, alors que d'autres seront créés. D'où l'intérêt supérieur que portent les élus au sujet.

Le bras de fer entre majorité et opposition ne fait que commencer. Dès mercredi, Jean-Marc Ayrault a fait connaître son inquiétude au cours de la séance des questions au gouvernement. « Tripatouillage », a tonné le président du groupe PS à l'Assemblée nationale. Une accusation reprise dimanche par Pierre Moscovici, député socialiste du Doubs.

La réponse d'Alain Marleix a été aussi rapide que limpide : « C'est une provocation car notre projet n'est pas finalisé », a affirmé le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, pilote de ce redécoupage, dans une interview accordée ce lundi au Figaro :

« La gauche ne sera absolument pas pénalisée. Au risque de me répéter, ce redécoupage sera une opération politiquement blanche. (…) Le redécoupage est conduit selon des critères démographiques encadrés par les règles édictées par le Conseil constitutionnel. On ne découpe pas en fonction des desiderata des uns et des autres. »

 

Pas sûr, cependant, que l'opposition se contente de déclarations d'intention. Les questions en suspens restent nombreuses dans cette opération qui est « toujours casse-gueule », de l'aveu même d'Alain Marleix. Explications.

Pourquoi il faut redécouper


la suite sur :

cliquez ici

Commenter cet article