Nadine Morano à l'Education ? Pitié pour nos enfants !

Publié le par DA Créteil, etc...

Par Antidote. Une critique acerbe de l'ambitieuse secrétaire d'Etat à la famille qui lorgne sur plusieurs gros ministères en cas de remaniements à venir. Sacrifier l'Education Nationale à Nadine Morano pour service rendu à l'Elysée, n'est-ce pas un peu trop ?



(capture d'écran dailymotion - imédias)
(capture d'écran dailymotion - imédias)

La rumeur enfle. Ce n’est même plus une rumeur car l’intéressée confirme. Nadine Morano souhaite devenir ministre de l’Education Nationale et de la Famille. Elle a même rédigé une lettre de motivation – pardon, une note – au président de la République dans cet objectif. 

 

Certains, sans pitié, la surnomment « la poissonnière ». 

J’ai voulu vérifier et je suis allé acheter du poisson. Rien n’était plus faux que cette assertion. J’ai en effet eu un très bon contact avec la poissonnière, laquelle m’a vendu une marchandise de très bonne qualité, bien qu’enveloppée dans L’Est républicain. Rien de commun avec Madame Morano, sorte de Fréderic Lefebvre en fille. Elle joue à « la femme de droite sans complexe » ; elle prépare un statut du beau-parent, prélude à l’autorisation de l’adoption pour les couples homosexuels, que ne renierait pas la gauche caviar. Elle nous fait croire qu’elle est une grande gueule indépendante ; elle s’avère être une fayote de la pire espèce avec Sarko, son idole.

 

Cette femme est un mensonge permanent. 

Par ailleurs, il ne fait d’ailleurs pas bon être son ou surtout sa collègue au gouvernement : la solidarité gouvernementale n’est pas son fort ; Christine Boutin, Fadela Amara et Rama Yade en savent quelque chose. Il fallait la voir, il y a quelques semaines, chez Ruquier ricaner ostensiblement aux blagues sur sa collègue du Logement. Honteux de se comporter de la sorte. Elle a même réussi un exploit : me faire apprécier une initiative de Jean-François Copé, lequel l’a renvoyée dans ses buts en maintenant Jean Léonetti à la mission parlementaire sur le statut des beaux-parents. «  Trop vieux, trop conservateur » se mit-elle à braire ! « Depuis quand les ministres désignent-ils les chefs de mission à l’Assemblée ? », répondit Copé. Pour une fois, bien joué, Jeff. 

 

Degré zéro de la politique, Mme Morano guigne donc l’Education Nationale. Qu’on nous épargne un tel choix. Ce ministère a assez souffert sous les coups du « pédagogisme » pour supporter une ministre qui, à coup sûr, ne doit pas compter Madame de La Fayette parmi ses auteurs favoris. Ce qu’elle veut, c’est s’occuper de nos gosses, de tous nos gosses. Dans la Famille et à l’Ecole. Ont-ils vraiment mérité cela ? Non, assurément. Cela dit, ni les agriculteurs, ni les militaires, ni les policiers ne méritent un tel sort. Ce sont pourtant d’autres destinations possibles pour Nadine Morano. Que mes amis paysans, soldats ou de l’Intérieur me pardonnent, mais il faudrait bien que certains d’entre vous se sacrifient. Les enfants d’abord! 

 

Retrouvez le blog d'Antidote


Mardi 14 Avril 2009 - 14:00
Antidote

Commenter cet article