En visite au Sénégal, Ségolène Royal a insité sur la nécessité de "rebâtir l'aide au développement"

Publié le par webmaster

Durant ses trois jours de déplacement au Sénégal, Ségolène Royal s'est entretenue avec le Président Abdoulaye Wade mais elle est également allée à la rencontre du peuple sénégalais et des ONG. "Si je suis en responsabilité, je redéfinirai la politique de coopération de la France", a-t-elle assurée en réaffirmant sa volonté de "lier le codéveloppement à la politique des flux migratoires." 

En visite au Sénégal du 25 au 27 septembre 2006, Ségolène Royal a insisté sur la nécessité de "repenser la relation avec l'Afrique". "Ma conviction profonde, dit-elle, est qu'on doit impérativement lier le codéveloppement à la politique des flux migratoires. Il n'y aura pas de limites à cette pression si on ne règle pas les problèmes d'inégalités."

Sur place, elle a rencontré, mardi, plusieurs acteurs locaux et responsables d'ONG, dont Madjiguene Cissé, ex-porte-parole des sans-papiers en France. Elle a insisté sur la nécessité de "rebâtir l'aide au développement", de faire "du développement respectueux des gens", plutôt que de "penser à la place des gens dans une logique néo-colonialiste". "Si je suis en responsabilité, je redéfinirai la politique de coopération de la France", a-t-elle assuré, se disant soucieuse, au cours de ce voyage, d'"écouter les gens" et de se "nourrir" de ce qu'ils disent.

"Le co-développement est lié à la politique des flux migratoires", a-t-elle dit, tout en se refusant à "définir de but en blanc une politique d'immigration".

Ségolène Royal a eu un entretien mardi à Dakar avec le président sénégalais Abdoulaye Wade axé sur la coopération et les énergies renouvelables. M. Wade et Mme Royal ont discuté de la coopération et de la nécessité, selon la présidente de la région française de Poitou-Charentes, d'"écoutes mutuelles qui seront le mieux à même de bien cibler l'aide au développement". A propos des énergies renouvelables, Mme Royal a évoqué son "appel à projet auprès des industriels" de sa région, pour mettre au point des réchauds solaires à destination de villages africains. M. Wade, a-t-elle dit, a décidé de s'associer à cet appel, et a suggéré que les réchauds soient fabriqués au Sénégal. Mme Royal a par ailleurs estimé que la question de l'immigration était "totalement liée à la résolution des inégalités de revenus" entre le Nord et le Sud. "Il y a là une urgence, un impératif absolu", a-t-elle dit;

Elle s'est longuement promenée dans le bidonville Khadim Rassoul, où vivent 2.450 personnes. Avec le soutien actif d'une ONG internationale, ENDA-Tiers monde, plusieurs activités y ont été lancées: fonderie, travail de l'aluminium, mécanique auto, services de nettoyage, tricotage de sacs en plastique...

Au dernier jour de sa visite au Sénégal, Ségolène Royal s'est entretenue mercredi avec des femmes qui tentent de dissuader les jeunes de partir en pirogue vers les côtes européennes, parfois au péril de leur vie, pour leur promettre de l'aide matérielle. "Il leur faut des moyens modestes" pour que "les jeunes ne partent pas pour des destinations inconnues, dans la détresse, dans la misère et parfois dans la mort", martèle Ségolène Royal, en "colère", qui voit là une illustration de son combat pour des coopérations décentralisées, au plus près du terrain, en matière d'aide au développement.

Mme Royal a reçu un accueil chaleureux. "Bon courage, bonne continuation, bonne chance pour la France !", lui a lancé une femme. Un joueur de kora a fredonné "vive la présidente de la France", tandis que Mégué Thiam, créateur d'une machine à fabriquer les emballages pour des graines de mil, affirmait "elle va être élue". "Je le sais, parce que c'est une femme très simple", a-t-il confié. Devant la tombe de Léopold Sédar Senghor, Léonard Eklou, chef de village au Togo, a lancé d'une voix forte : "ta fille Ségolène est venue de France te saluer et demander que les esprits de nos ancêtres la protègent durant cette période difficile de la campagne. Nous te demandons de la soutenir".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article