Ségolène Royal encourage Pékin à faire plus d'efforts en matière de droits de l'Homme

Publié le par webmaster

Ségolène Royal a visité la Cité interdite dimanche, au deuxième jour de sa visite en Chine, espérant à cette occasion que Pékin fasse des "efforts" pour appliquer les conventions internationales sur les droits de l'Homme et concilier au mieux croissance et droits sociaux. La candidate socialiste à la présidentielle française a par ailleurs encouragé les efforts menés en matière de protection de l'environnement.

Mme Royal a notamment évoqué "la question des avocats ou des journalistes emprisonnés". "Je crois que les professions qui participent à la défense des droits doivent être protégées", a-t-elle confié dans un entretien à Associated Press Television News. "Cela fait partie des engagements internationaux des pays qui ont signé les conventions internationales. La Chine a signé cette convention internationale. Et j'ai bon espoir qu'elle fasse des efforts pour que les conventions internationales soient effectivement appliquées", a-t-elle ajouté.

La candidate PS à l'Elysée a également noté par ailleurs que la Chine devait "concilier le développement économique accéléré" et le droit du travail, notamment "la protection des hommes et des femmes qui travaillent ou qui cherchent un emploi". "Je crois que ces problématiques-là deviennent communes à l'ensemble du monde", a-t-elle jugé. 

Mme Royal a également abordé la question de l'environnement en adressant ses encouragements aux efforts faits par Pékin. "Je crois que si l'on veut un développement harmonieux de la planète et faire en sorte qu'il n'y ait pas de concurrence destructrice des emplois, notamment des emplois en France, il faut que les règles sociales et que les règles de protection de l'environnement, dans lesquelles les pays comme la Chine se sont engagés formellement, soient effectivement appliquées et je crois que la Chine d'ailleurs fait beaucoup d'efforts. Il faut lui reconnaître cette mobilisation, cette prise de conscience", a-t-elle dit.

Ségolène Royal, qui a dîné lundi soir avec le ministre chinois de l'Environnement Pan Yue, a ajouté que "le fait que les autorités chinoises m'aient facilité les rencontres avec des militants de défense de l'environnement et avec des militants de la défense des droits sociaux, c'est un signe que je veux voir comme un signe positif".

AP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article