CLEARSTREAM - Compte japonais présumé de Chirac : Eva Joly souhaite une enquête

Publié le par webmaster

 

L’ex-juge d'instruction de l'affaire Elf souhaite que la justice française enquête sur un compte ouvert au nom de l'ex-président à la Tokyo Bank, en 1992, et crédité de 45 millions d'euros.

Jacques Chirac (sipa)

Jacques Chirac (sipa)

L'ancienne juge d'instruction Eva Joly souhaite que la justice française ouvre une enquête dans l'affaire d'un compte qui aurait été ouvert au nom de l'ex-président Jacques Chirac à la Tokyo Bank en 1992, déclare-t-elle dans une interview publiée vendredi 25 mai dans 20 minutes.
"Si les institutions judiciaires françaises fonctionnent normalement, Jacques Chirac sera entendu sur les affaires non prescrites le concernant - les HLM de la Ville de Paris et les emplois fictifs du RPR - mais aussi sur son compte allégué au Japon", déclare l'ex-magistrate franco-norvégienne, devenue conseillère anti-corruption en Norvège.
"J'attends que le parquet de Paris ouvre une enquête sur cette affaire au vu du rapport de la DGSE et des derniers éléments recueillis par les juges d'Huy et Pons", poursuit-elle. "Une démocratie digne de ce nom ne peut vivre avec cette suspicion non vérifiée."
 
Sur la situation des juges en France
 
L'ex-juge d'instruction de l'affaire Elf estime par ailleurs que la situation des juges en France s'est "aggravée" ces dernières années. "La prise en main de la justice est vigoureuse, et le couvercle mis sur les affaires, très étanche", dit-elle. "On ose par exemple nommer sans vergogne des proches du pouvoir à la tête de l'institution judiciaire, comme Laurent Le Mesle, ancien conseiller justice de Jacques Chirac, devenu procureur général de Paris".
Elle estime dans ces conditions que si elle était restée magistrate en France, elle serait "sans doute en train de s'occuper des contraventions dans une cour d'appel".
Eva Joly publie vendredi un livre de souvenirs consacré notamment à son combat contre la corruption intitulé "La Force qui nous manque" (Editions Les Arènes).
 
Une convocation après le 17 juin ?
 
Redevenu citoyen ordinaire, Jacques Chirac pourrait avoir prochainement à rendre des comptes à la justice dans plusieurs affaires concernant notamment la période pré-présidentielle.
L'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné fait état dans son édition de mercredi de nouvelles notes du général Rondot jointes au dossier Clearstream dans lesquelles est évoqué un compte ouvert au nom de Jacques Chirac dans la banque japonaise.
Selon le Canard, ces nouveaux documents devraient valoir à l'ex-président une convocation après le 17 juin, date de la levée de l'immunité pénale liée à son statut de chef de l'Etat.
Les juges s'interrogent en effet sur la provenance de ces fonds. Selon le procès-verbal d'une audition du juge Rondot publié par le Canard, ce compte "ouvert à la Tokyo Sowa Bank a été crédité d'une somme totale évaluée à 300 millions de francs", soit 45 millions d'euros.
 
NOUVELOBS.COM | 25.05.2007 | 19:08
 
 
 
Au-delà du fait que Super-Menteur est redevenu citoyen ordinaire et donc justiciable ordinaire, les réflexions d'Eva Joly dans son livre sur la Justice en France sont de prime importance.
Encore une preuve de féodalisme: le roir dit et décide, la justice exécute.. C'est ce à quoi nous pouvons nous attendre pendant quelques années...
 

Publié dans Présidentielles 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article