Ségolène Royal vient de briser les tabous

Publié le par DA Créteil, etc...


Agence de Presse Sénégaliase - La présidente de la région Poitou-Charentes Ségolène Royal a brisé les tabous entretenus par la classe politique de son pays depuis la colonisation, en demandant pardon à l’Afrique pour le discours qu’a prononcé en 2007 à Dakar le président Sarkozy, a estimé l’ancien ministre sénégalais de la Culture, Makhily Gassama.

"Le texte de son discours constituera, dans les archives de la colonisation, un élément précieux. Mme Ségolène Royal vient de briser les tabous soigneusement entretenus par la classe politique française, qu’elle soit de droite ou de gauche et sa presse", a dit M. Gassama dans l’édition de jeudi du journal dakarois Sud-Quotidien.

"Cette grande dame de France a osé ce qu’aucun homme d’Etat français n’a osé, du début de la colonisation à nos jours. Aucun hommage venu de l’étranger, rendu à l’Afrique, n’a été aussi courageux, aussi juste, aussi profond", a-t-il commenté, en réaction au discours prononcé lundi à Dakar par Mme Royal.

"Pour oser parler de la grandeur du génie de Cheikh Anta Diop, de ce qu’il a apporté à son continent, du caractère hautement scientifique de son œuvre, de son vaste combat contre la falsification de l’histoire de l’Afrique, il faut une témérité non commune. Mme Ségolène Royal est téméraire. Témérité salutaire", a souligné Makhily Gassama.

Pour M. Gassama, ancien conseiller du président Léopold Sédar Senghor, "la voix que nous venons d’entendre est une voix singulière, une voix qui ébranle les sinistres fondements de la Françafrique."

Makhily Gassama a coordonné le livre "L’Afrique répond à Sarkozy/Contre le discours de Dakar", publié en 2008 aux éditions Philippe Rey.

"On connaît l’indignation de la droite française et sa presse, qui ne parviennent pas à s’accommoder de l’inéluctable évolution des pays et des peuples (africains). Il est temps de mettre fin à l’effort d’infantilisation de l’Africain", a-t-il insisté.

Commenter cet article